Questions / réponses

J'ai un petit fils de 2 ans. Ai-je le droit de l'accueillir chez moi en plus de mes agréments ou pas ?

Non, il prend une place d’agrément.

Si vous envisagez d’accueillir un enfant de votre famille sans dépasser le nombre autorisé d'enfant(s) de votre agrément, aucune démarche à faire auprès de la PMI.

Sinon, contacter votre puéricultrice pour échanger avec elle sur votre situation.

J’envisage d’accueillir un enfant la nuit. Dois-je faire une demande particulière ?

Non, l’accueil de nuit est prévu dans votre d’agrément, dans la mesure où vous respectez les modalités mentionnées sur votre attestation d’agrément (âge et nombre d’enfants).

J’ai des difficultés avec un enfant qui ne dort pas.

Vous avez un rôle à jouer pour favoriser son sommeil :

  • En proposant un lieu de sieste adapté (pièce calme, la température ne dépassant pas 19-20 degrés),
  • En repérant les signes de sommeil (l’enfant se frotte les yeux, pleure...),
  • Plus vous tarderez à le coucher, plus il aura des difficultés à s’endormir,
  • En respectant son rythme (éviter de réveiller un enfant qui dort, un enfant privé de sommeil ne dormira pas mieux le soir...),
  • En établissant un rituel qui va permettre à l’enfant d’être rassuré avant  l’endormissement.

Dans tous les cas, le lit ne doit pas être un lieu de punition.

Chaque enfant a son propre rythme. L’essentiel est qu’il dispose de la quantité et de la qualité de sommeil dont il a besoin.

La puéricultrice ne veut pas que j’ajoute un matelas dans le lit parapluie alors que la planche matelas sur lequel doit dormir l’enfant n’est pas confortable.

Effectivement, il ne faut pas rajouter de matelas.

Des accidents graves ont été causés par des lits pliants pour enfants, dont des cas d’étouffement dûs au coincement de l’enfant entre le matelas et la toile détendue du lit ou au repliement brutal et intempestif du lit.

Il convient de ne pas utiliser des lits vétustes dont le dispositif de blocage en position ouverte est usagé ou, a fortiori, endommagé et utilisé le matelas, fourni par le fabriquant conçu pour le lit auquel il est destiné.

L’utilisation de lit pliant rigide (en bois…) est à privilégier.

L’enfant doit être couché sur le dos, ne l’installez pas sur le côté. Son visage reste dégagé, il respire à l’air libre.

Les couettes, couvertures, oreillers, peluches, tours de lit sont à proscrire.

Chaque enfant devra avoir son propre linge de lit. Un surpyjama, une gigoteuse, ou une turbulette dont l’épaisseur variera avec la saison convient très bien.

Veiller à enlever les chaussures et les accessoires (pinces à cheveux…).

En créant un environnement de sommeil sécuritaire, vous réduisez les risques de blessures et de mort subite du nourrisson.

Est-ce que je peux donner un médicament à un enfant ?

L’administration de médicaments n’est pas un acte anodin et engage la responsabilité de l’assistant maternel en cas de problème (nécessité d’avoir une assurance professionnelle).
Il est donc vivement conseillé de demander aux parents en cas de maladie de leur enfant qu’ils se fassent prescrire des médicaments en deux prises (matin et soir) afin qu’ils les donnent eux-mêmes.

Si ce n’est pas possible et quand la prise du médicament ne présente pas de difficultés particulières, ne nécessite pas d'apprentissage pour l’assistant maternel (ex : médicament contre la fièvre), il faut avoir une autorisation des parents accompagnée de l’ordonnance médicale en cours de validité prescrivant le traitement : ordonnance claire, précise et lisible.
L'assistant maternel qui donne le médicament à l'enfant est responsable de son geste.

Il doit :   

  • vérifier la correspondance entre l'enfant concerné, l’ordonnance, la boîte de médicament (sa validité) données par les parents,
  • noter par écrit la délivrance du médicament : nom prénom enfant, date, heure, médicament donné, dose, modalité d'administration,
  • surveiller l'enfant.